Idrissa Diarra

Photos
Plus d'infos...

(1969-2015, Côte d'Ivoire)

Oeuvres

A propos de l'artiste

 

Idrissa Diarra est l'une des figures majeures de l'"école d'Abengourou", temple de l'art naïf ivoirien. Né en 1969  à Tomikoro dans le Nord de la Côte d’Ivoire, Idrissa Diarra n’a pas eu la chance  d’aller à l'école. Le français qu’il parle et écrit, il l’a appris à l’école de la vie. Lorsqu'il arrive à Abengourou au début des années 80, le jeune Idrissa est déjà passionné par le dessin, la bande dessinée, et il s'exerce en cachette, à l'insu de ses parents qui sans doute le destinent à un métier plus sérieux. C'est là, à Abengourou, qu'un couple de coopérants français, M. et Mme Bieth, ont créé en 1969  le Centre de peinture artistique Charles Bieth, qui vient au secours des enfants déscolarisés et prépare les plus  doués d'entre eux à intégrer plus tard les filières universitaires des  Beaux-arts (Ecole Nationale des BA d'Abidjan créée en 1961) ou de  l'INA (Institut national des arts créé en 1963  aujourd'hui INSAAC - Institut national supérieur d'art et d'action culturelle) tout en leur permettant de poursuivre leur formation secondaire jusqu'au BEPC.

Le Centre Bieth, par la suite rebaptisé " Collège d'enseignement artistique d'Abengourou ", devient en 1995 le Conservatoire régional des arts et métiers d'Abengourou (CRAMA). C'est cette école qui est à l'origine d'un des plus importants courants de l'art contemporain ivoirien : les naïfs. La plupart des plus illustres représentants de l'art naïf ivoirien sont issus de ce courant de l'école d'Abengourou: Augustin Kassi, Camille Kouakou, Roger Djiguemdé, Losseni, Idrissa Diarra… Vingt ans plus tard, c'est aussi le CRAMA qui guide les pas du jeune peintre ABOUDIA aujourd'hui mondialement connu.

 Idrissa découvre donc l'existence de cette école probablement  vers 1980-81; il n'a que 13 ans et son niveau d'instruction ne lui permet pas tout de suite de faire partie de l'effectif des élèves régulièrement inscrits. Mais il s'obstine et, déjouant la vigilance familiale, fréquente de plus en plus souvent les élèves de l'école et finit par s'installer discrètement dans un coin de la cour pour dessiner dans l'espoir d'attirer l'attention. Une manière aussi d' afficher sa détermination. La stratégie est payante; il finit par se faire remarquer car il a du talent, un trait, un regard, une aisance et déjà un style. L'institution l'accueille donc en 1982, et pendant quatre ans, Idrissa affute ses pinceaux et apprend. D'abord, en tant que copiste. Il reproduit des œuvres de Losseni, imite les maîtres du naïf, on le forme à la copie de tableaux en tous genres pour répondre à des commandes qui arrivent d'Abidjan et d'ailleurs. La technique et la précision des peintres d'Abengourou font sensation alors, et le genre naïf gagne en notoriété, au-delà des frontières ivoiriennes et africaines. Quatre ans plus tard,  en 1986, Idrissa s'est constitué un bagage technique et un savoir-faire qui le poussent  à laisser libre court à son imagination et à sa créativité pour composer ses propres œuvres, et se lance, en participant à une première exposition collective au Centre Culturel Français d'Abidjan puis une autre organisée la même année par le Sofitel d'Abidjan. A cette époque, les galeries sont rares, et les seuls canaux de diffusion possibles sont ceux des hôtels internationaux et du "CCF" qui a tant contribué à l'émergence artistique dans ce pays grâce au directeur de l'époque (Georges Courrèges, un visionnaire passionné, qui cette même année rappelons-le, avait réussi l'exploit d'accueillir une exposition de Basquiat dans son établissement, en présence de l'artiste!). C'est donc sur les cimaises du CCF qu'Idrissa fait ses armes. Le succès est au rendez-vous et l'artiste commence à déployer son talent tous azimuts. Il sera invité en France pour une exposition au Musée d'Art Naïf Max Fournier en 1987, au Festival de Limoges en 1990, en Belgique ensuite, puis au Japon et dans de nombreux autres pays. Il participera à plus d'une quarantaine d'expositions durant sa carrière. L'une de ses dernières grandes expositions monographiques intitulée "Forêt tropicale" aura lieu à Barcelone de mars à juin 2014 à la Galerie Out Of Africa. 

Expositions

 

1986 - Centre Culturel Français - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1987 - "Peinture Naïve Africaine" - Musée d'Art Naïf Max Fournier - PARIS France

1988 - "Peintures d'Afrique" - UZES France

1989 - "Si la Côte d'Ivoire m'était contée" - Hôtel Hilton - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1990 - "L'Art de la Rue" - Centre Culturel Français - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1990 - Festival de Limoges - "Symboles d'Afrique" - LIMOGES France

1990 - "Peintres Contemporains" - Centre Culturel Français - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1993 - Festival Grapholies - Hôtel Ivoire - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1994 - "La Vie Quotidienne Africaine" - ANVERS Belgique

1995 - "Face au Sida" - Centre Culturel Français - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1996 - "Laus Pueritae" - Hôtel Ibis - ANVERS Belgique

1996 - "Clowns aux Hôpitaux" - Hôtel Ibis - ANVERS Belgique

1997 - Exposition sur les "Traditions des peuples de Côte d'Ivoire"

1997 - ARTEFAC - Hôtel Ivoire - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1997 - "Vivre l'Afrique" - la Riviera - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1997 - Galerie "Art Pluriel" - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1997 - "Traditions Africaines" - Centre Culturel Français - LIBREVILLE Gabon

1998 - Biennale des Naïfs - Galerie "Art Pluriel" - ABIDJAN Côte d'Ivoire

1998 - Karavane des Arts Plastik - Musée d'art contemporain de Cocody - ABIDJAN Côte d'Ivoire
2000 – BINA 2000 (BIENNALE DES ARTS NAIFS)- Abidjan
2000/ 2002 – « Graphistes autour du Monde »  (Mois du graphisme d’Echirolles – France)
2004 – ARKADI 2004 - Abidjan
2005 – DIARRA-DIOUF-FALL . 3 artistes s’exposent – Institut Jean Mermoz de Saint-Louis - Sénégal

....

2014 - "Forêt Tropicale", Galerie Out Of Africa _ Sitges (Barcelone) 

....

mai 2016- Idrissa Diara, artiste d'Espoir Sans Frontières (Exposition d'hommage) -Espace Jean Renoir, Bourron-Marlotte (France) 

10302493_1421687328097382_31423675539771

Collections publiques et commandes

BCEAO - ABIDJAN Côte d'Ivoire (3 tableaux)

Mission de coopération française - ABIDJAN Côte d'Ivoire

Bibliothèque des enfants - ABIDJAN Côte d'Ivoire (fresque "Le livre de la jungle")

Bureau de l'Union Africaine - ABIDJAN Côte d'Ivoire

Centre Culturel du Monde - ANVERS Belgique (fresque )

Café "Banana Republic" - ANVERS Belgique (fresque)