• NJ

OEUVRE: CV par Adel BENTOUNSI


Adel Bentounsi est né en 1982 à Annaba (Algérie). Après des études à l'Ecole des Beaux-Arts d'Annaba, il réalise de nombreuses œuvres, peintures, dessins, sculptures, installations, participent à plusieurs expositions au sein de collectifs d'artistes émergents.


Son travail ne laisse de surprendre par son audace, que l'on peut voir comme une forme d' engagement à défendre des valeurs et des idées qui bousculent les bienséances fatalistes et les renoncements défaitistes de certains de ses contemporains. Son regard est sans concession, son propos sans compromission. Bentounsi conspue les endoctrinements et les obédiences aveugles comme la bien-pensance des nantis et enfants gâtés d'une société algérienne totalement dérèglée, avec une exigence parfois radicale. C'est une forme de combat sur lequel nous reviendrons dans un prochain article.


L'œuvre commentée dans cet article a été présentée dans le cadre de l'exposition "Waiting for Omar Gatlato" produite par Wallach Art Gallery à New York en février-mars. L'exposition devrait être présentée au mois de juin à La Friche La Belle de Mai à Marseille en juin prochain.


A propos de CV, 2019

Un curriculum vitae est un document qui détaille le parcours et les qualifications d'une personne généralement présenté sous la forme d'une liste, et une expression latine signifiant "le cours de la vie". Sa forme abrégée "CV" est aussi le titre d'une sculpture réalisée par Adel Bentounsi en 2019. L'artiste a reproduit un clavier d'ordinateur sur la cuve en acier de la cocotte minute de sa mère avec des autocollants. Le clavier est bilingue c'est-à-dire que chaque touche présente une lettre latine ou un symbôle et une lettre de l'alphabet arabe ou un accent.

Ceux qui vivent entre les langues et les alphabets sont habitués à ce type de clavier standard, comme à la dissonance cognitive produite par le fait que les lettres sont appariés en fonction de leur fréquence d'utilisation plutôt que par leur sons ou leur ressemblance d'un point de vue sémiotique. La touche pour la lettre Y est aussi celle pour le "ghayn", un son qui n'existe pas dans les lanques latines. La touche pour L reproduit le "miim" arable est aussi le signe de la division…ainsi de suite.

"Cà a commencé avec ma mère", explique l'artiste. Ils étaient tous les deux derrière l'ordinateur pour faire la mise en page du CV de sa mère dans un document Word. Adel l'interrogeait à propos des métiers qu'elle avait exercés dans sa vie, les retranscrivant au fur et à mesure dans le document. C'est alors qu'un sifflement aigu retentit depuis la cuisine, le son si familier que fait la soupape d'une cocotte minute sous pression. "Pour moi , ce fut comme déclic" dira Adel, comme une alerte ou un rappel qu'il faut prêter attention à la façon dont un objet ou un instrument façonne l'information qu'il est destiné à traiter. E voilà l'idée d'où naît l'œuvre: l'autocuiseur, appelé "cocotte" en français (et en djerdja), a un point commun avec un CV, en ce qu'il réduit et compresse les éléments qui s'y trouvent. Bentounsi ne se limite à une simple analogie mais combine leurs mécanismes, illustrant ce qui paraît intraduisible dans le processus de synthétisation qu'implique chacun.

Les touches utilisés par l'artiste sont placés sur un appareil censé produire des odeurs, du goût et des saveurs, c'est-à-dire des sens que précisément un ordinateur ne peut ni capturer ni reproduire. Certes, un usage normal de la cocotte ferait brûler les touches collées sur la cuve ce qui remplirait la pièce d'une odeur âcre de plastique fondu. Les touches d'un clavier sont en fait inséparables de l'ordinateur lui-même, en tant que moyen technique destiné à connecter des milliers d'utilisateurs obéissant à la même doctrine, aux mêmes dogmes comme celui qui consiste à uniformiser l'expression d'un parcours de vie.

En entendant le sifflement, la mère de Bentounsi quitta précipitamment la pièce, interrompant ainsi une tâche qui consiste en un de travail de synthèse ( l'écriture de son CV) pour une autre (la synthèse des aliments pour préparer un repas). L'artiste raconte l'hésitation de sa mère à se soumettre à la logique du clavier et d'un document Word censé décrire le cour de sa vie en excluant tant d'informations à ses yeux essentielles. C'est comme si, avec CV, Bentounsi essayait d'inventer un mode de production de sens qui puisse englober des formes d'expression concurrentes : la cuisine et le bureau, sensation et langage, une vie passée à préparer des repas partagé avec d'autres, une vie résumée par une série de lignes sur une seule page et sous un seul nom, alors que chaque ligne, chaque occurence de sa vie, recouvre une multitude d'autres événements qui ont eu une influence et un impact certains sur le cour d'autres vies que la sienne.

(Texte traduit et adapté du catalogue Waiting for Omar Gatlato (edited by Natasha Marie Llornes) / ©Sternberg Press/Colubia University of NY / Texts© the authors / images©the artist)

74 vues0 commentaire